A natureza e as suas sombras

Do conceptualismo neoplatónico de Natália de Mello

Podemos dizer que a realidade não existe sem sombras. Mas será possível reconstruí-la com base nestas suas projeções negativas? Ou, pondo a questão ao contrário, será possível reconstruí-la sem o auxílio das suas sombras? Não é sempre esta obscuridade que nos leva a perceber quão incompletas são as nossas visões, e a parcialidade dos nossos juízos? Não é, precisamente, na sombra que a incerteza ganha forma, mostrando que a claridade, os contornos, a cor, a definição, a palavra são afinal e apenas estados transitórios de uma essência que sempre nos escapa, até ao derradeiro momento das nossas vidas?

Algumas obras de Natália de Mello trouxeram até mim esta reflexão sobre a dança dos limites que afastam e aproximam eternamente o saber e a arte.

António Cerveira Pinto

Natalia de Mello. “Esculturas Solares”, 2020

+

Du conceptualisme néoplatonicien de Natalia de Mello

On peut dire que la réalité n’existe pas sans ombres. Mais sera-t-il possible de le reconstituer sur la base de ces projections négatives ? Ou, en posant la question à l’envers, est-il possible de la reconstruire sans l’aide de ses ombres ? N’est-ce pas toujours cette obscurité qui nous fait sentir combien nos vues sont incomplètes et la partialité de nos jugements ? Ce n’est pas précisément dans l’ombre que l’incertitude prend forme, montrant que la clarté, les contours, la couleur, la définition, le mot ne sont après tout et que des états transitoires d’une essence qui nous échappe toujours, jusqu’au dernier moment de notre vie?

Certaines œuvres de Natália de Mello m’ont apporté cette réflexion sur la danse des limites qui éloignent éternellement et rapprochent le savoir et l’art.

António Cerveira Pinto

Natália de Mello. “Just find her”, 2020
Photographie

+

Natália de Mello. “História Natural 4
Everything is under control”, 2018-19

+

Natália de Mello. “Rue de la tulipe”, 2014
Chez Frédérique et Jean-François
Texte pour espace public, intervention sur la vitrine, dans une rue où les gens passent sans s’arrêter.
Pigment blanc de titane.

+

Natália de Mello. “Marqueurs vivants”
Pour Cécile Massart (2017)
2 vidéos HD avec son, 1920 x 1080, 5 exemplaires + 3 E.A., 2 films en boucle : Doel 2 min. 36 sec. / Tihange 1 min. 53 sec.

Centrale nucléaire de Doel et centrale nucléaire de Tihange en Belgique.
Ces deux vidéos sont des propositions pour une exposition collective autour du travail de Cécile Massart. Depuis de nombreuses années elle milite en tant qu’artiste pour le marquage des sites nucléaires. J’ai choisi pour ma part des marqueurs vivants sur les deux sites belges visités.

+

Natália de Mello. “Natural Paint Brush”, 2014
Video HD, muet, 1080 x 1920, 5 exemplaires + 2 E.A., Boucle de 1 min. 48 sec.,

Cette vidéo propose en grand format des effets picturaux de moirage sur une surface aquatique produits par les mouvements d’une loutre de mer filmée sans aucun artifice dans un zoo marin, tel un pinceau de petit-gris dans un bocal d’encre de Chine.

+

Natália de Mello. “Pigeon Vol(e)” (2013)
video projection muet, 480 x 360, 5 exemplaires + 2 E.A., boucle de 5 min. 21 sec.

Ces pigeons ont été capturés sur le net. Tentative d’échapper à la projection.

Installation à la Margin’Halle, ancien lieu des archives de Mons. Certains des documents trouvés abandonnés et éparpillés au sol du premier étage ont fait partie d’une performance du collectif MéTAmorphoZ en 2003. Des centaines de cadavres de pigeons, tous en décomposition, gisaient éparpillés sur tout cet ensemble de documents conservés prouvent des droits ou témoignent de certaines activités administratives. En 2013, Cette instalation était une reconstitution du lieu avec ce qui lui restait encore photos, vidéos, et une étagère toutes de 2003. L’ étagère fut suspendue là où elle se trouvait auparavant. Et se triplica par son ombre.

+

Natália de Mello. “Inframince alors!”, 2013
DVD, PAL, avec son ,1280 x 720, 5 exemplaires + 2 E.A., boucle de 7 min. Création sonore de Margarida Guia

Partant de la notion d’Inframince chère à Marcel Duchamp, l’espace d’une salle de spectacle s’anime progressivement par la superposition des actions filmées d’usagers et de passants. Ces boucles enchaînées finissent par démultiplier ce lieu par les ouvertures et fermetures intempestives d’un rideau de métal de 20 mètres de long qui conjuguent l’espace du théâtre, de la peinture et du cinéma.
Sous la forme d’une vidéo installation, cette pièce permet en outre aux spectateurs d’entrer et d’interagir avec l’espace de la projection. Le projecteur est délibérément placé au niveau du sol de manière à ce que les ombres du public qui passe devant le faisceau de lumière se mêlent aux silhouettes dans la vidéo projetée.

+

Natália de Mello. “Digérez”, 2002
Médiatine (Woluwé-Saint-Lambert) dans le cadre de « 100 artistes pour les 100 ans de la Ligue des Droits de l’Homme »

Collaboration avec Valérie Cordy au sein du collectif MÉTAmorphoZ (2001-2007)

Dans le cadre de « 100 artistes pour les 100 ans de la Ligue des Droits de l’Homme », La Médiatine a invité une centaine d’artistes à travailler autour de la déclaration universelle des droits de l’homme. Trois lieux ont été investis à cette occasion : le Petit Château, le Palais de Justice et la Médiatine à Bruxelles. Nous avons réalisé une double installation dans deux espaces distincts de la Médiatine : « la cuisine » accessible au public au premier étage et « l’atelier clandestin » dans la cave et deux performances ont été exécutées en simultané dans ces deux lieux lors du vernissage et du finissage.

+

Site Web de Natália de Mello

Exposition

La Maison de Arts (Bruxelles)
Couleur/ Lumière
dix artistes exposent sur la thématique de la couleur et de la lumière
16.09.2022 > 06.11.2022

Couler et lumière, une exercice de dialogue entre art, architecture et decoration — ACP

Artistes: Greet Billet, Lieven De Boeck, Natalia De Mello, Ann Veronica Janssens, Nicolas Kozakis, Ariane Loze, Adrien Lucca, Michel Mazzoni, Ohme, Elina Salminen.